8 jours au Yucatan – Partie VII : mezcal, turista et aéroport

Mardi 20 février, 10h : les tacos pas chers d’hier m’ont attaqué par surprise, j’ai un gros mal de ventre. Les ruines ça sera pour une autre fois, la priorité c’est éviter la turista ravageuse qui gâche les 2 derniers jours. Au petit-déjeuner, toast nature, banane et thé. Je me dirige après vers une pharmacie pour acheter de l’immodium, et du coca à la supérette. Je croise les doigts !

Je marche jusqu’à la sortie de la ville, faire du stop jusqu’à Playa del Carmen, à 1h au nord. Je prépare ma pancarte et me met sur le bord de la route, je vois Serkan de Valladolid qui fait un footing! 3 minutes après, Hector et son amie s’arrêtent, ils m’embarquent.

Ils me déposent à l’entrée de Playa, aux alentours d’un centre commercial. J’y fais un petit tour et je tombe sur Skydive Playa. Et si je finissais mon voyage par un petit saut au dessus de la mer! En fait pas du tout, il faut 200 sauts (j’en ai 108) et avoir fait un entrainement d’atterrissage sur l’eau. Dommage, pour 50€ c’était vue magnifique et posé sur la plage…

Je contacte alors mes hôtes mexicains et les rejoins à l’appartement qu’ils louent pour quelques nuits. Il fait beau, on va à la plage. En chemin on tombe sur une cérémonie maya, totalement mise en scène pour les touristes, impressionnante tout du moins.

On a très faim et la glace que nous offre Alfred n’y fait pas grand chose, direction Walmart pour choisir ce que je veux manger. Il adore cuisiner! Pour le déjeuner ça sera tacos au poulet mais avec pleins de légumes frais.

On ressort dans la soirée dans un bar, ils veulent me faire goûter du bon mezcal et de la tequila. L’alcool fort me guérit dès le premier verre. On commence à avoir trop bu, on se trouve des surnoms. « Un chino, un loco y un enfermo » : un chinois, un fou et un malade. L’addition arrive, chaque verre coûte 12€, c’est peut-être pour ça qu’on est les seuls… C’est un cadeau d’au revoir que mes amis me font.

Retour à la maison, Alfred se remet aux fourneaux. C’est aussi bon qu’à midi : poulet maya, riz et salade.

Mercredi 21 février, 8h : pendant ma douche Jorge est allé m’acheter un petit-déjeuner à la boulangerie d’en bas, ils sont vraiment sympas les deux! Mon vol est à 13h, je marche une dernière fois le long de la rue commerçante avant de prendre le bus vers l’aéroport.

J’ai pas mal d’avance, je peux visiter les lieux. C’est l’aéroport le plus cher que j’ai connu, les bouteilles d’eau coûtent 5€. Pour finir mes derniers pesos, je me prends un Starbucks, c’est le seul endroit qui pratique ses prix habituels.

A l’arrivée à la douane américaine, un des agents interagit avec chaque voyageur, on se marre en entendant les questions qu’il pose à ceux de devant. Il me demande si oui ou non je trouve que la pyramide en verre du Louvre c’est une erreur. Le gars en charge de tamponner mon passeport est lui beaucoup moins drôle, il s’avère qu’à l’aller je n’ai pas eu de tampon, il est contrarié.

Après avoir pris mes billets il y a 2 semaines j’avais appris qu’un partiel avait été ajouté le lendemain de mon retour, à 13h. Mon avion se posant à minuit, je n’avais pas d’autre choix que de prendre le bus à 7h du matin. Arrivée prévue à Chicoutimi à 13h, ça allait être technique. Mais chanceux comme à mon habitude, l’examen était en fait reporté au lendemain, par manque de salle disponible. Je n’avais alors plus de raison de prendre le bus, je regarde les covoit, le premier est à 11h; je le réserverai demain matin.

Je m’installe sur un banc dans le hall des arrivées, c’est pas très confortable mais je suis fatigué. Je trouve enfin le sommeil malgré les annonces fréquentes au haut-parleur. Quelqu’un me tape sur l’épaule, j’imagine que c’est la sécurité, non pas du tout, juste quelqu’un qui m’a confondu avec son ami… je parviens à nouveau à m’endormir. Petite selfie pour commémorer mon réveil :

A 4h30 du matin j’ai toujours très sommeil mais un peu froid. Je regarde à tout hasard si un covoit n’est pas apparu par magie. Si, à 7h depuis le centre ville. Le temps de ranger, de prendre le bus et un café, et je retrouve Pascal à une station de métro. Il est champion du monde dans plusieurs disciplines liés au skateboard, et me fait découvrir le snow-skate, à mi-chemin en snowboard et skate qu’il pratique depuis pas mal d’années.

Vers 12h30 j’arrive à la maison, fatigué, mais bronzé et super content de mon voyage.

 

Pour voir le recap de mon voyage et le détail des dépenses, c’est ici !

Laisser un commentaire